Conflit inter-ethnique. Soixante morts à Nzerekoré selon la diaspora forestière

violences_a_nzerekoreLe Conseil Supérieur de la Diaspora Forestière (CSDF) suit avec une vive inquiétude les troubles meurtriers qui se déroulent à N’Zérékore, depuis le 22 mars.  Selon les nouvelles en provenance du terrain, il y aurait déjà eu une soixantaine de personnes tuées, une centaine de blessés graves et des édifices détruits dont plusieurs églises incendiées. Apparemment, ce conflit oppose les Kpelles aux Koniakas.

Des sources concordantes rapportent que le régime Guinéen serait la racine de ces troubles ; son objectif serait la création d’un foyer de tension afin de détourner l’attention internationale du double scrutin tenu récemment. D’autres arguments soutiennent que la présence d’assaillants contre les autochtones de N’Zérékoré serait une expédition punitive contre eux pour s’être massivement opposés au projet de Troisième Mandat.

Cinq faits, parmi d’autres, semblent donner de la crédibilité aux hypothèses ci-dessus citées :

(1) la présence de Monsieur Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire RPG-Arc-en-Ciel, qui est arrivé à N’Zérékoré, quelques jours tout juste avant les conflits. Sa présence sur le terrain suscite de profondes suspicions fondées. Pour rappel, depuis quelques mois, une vidéo dans laquelle Damaro harangue une foule hystérique de Koniakas circule sur les réseaux sociaux ; dans cet instrument médiatique, Damaro Camara—dans un discours de style hitlérien, évoque la prouesse guerrière des Koniakas, tout le long de l’histoire de la sous-région. Par ces assertions incendiaires, il incite tacitement le peuple du Konia à aller en guerre contre d’autres Guinéens, et particulièrement ceux de la région Forestière ;

(2) la présence d’un millier de chasseurs traditionnels armés, communément appelés « Donzo », venus de la Haute Guinée suscite bien d’interrogations. Sur la base de photos authentiques qui circulent sur les réseaux sociaux, Il est établi que les donzos avaient été les gardiens des bureaux de vote, en appui aux Forces de Sécurité nationale. Aussi, dans la période post-électorale, ces donzos quadrillent continuellement la ville de N’Zérékoré en compagnie de militaires coiffés de bérets rouges ;

(3) Des sources crédibles rapportent qu’au moins une centaine de « bérets rouges » auraient quitté le camp de Kindia pour la ville de N’Zérékoré ;

(4) la non-intervention des militaires du Camp Béhanzin pour juguler les engagements meurtriers entre les belligérants. On est porté à croire que n’eut-été l’attitude de passivité incompréhensible des militaires de la 4ème Région Militaire du pays, le nombre de morts aurait été moins lourd ;

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s