Le baril de pétrole brut gratuit au marché américain depuis ce matin

BourseLe prix du baril de pétrole est négatif aux Etats-Unis ce lundi. Le baril de WTI s’échange à près de -9 dollars sur les marchés à terme. Les cours subissent de plein fouet l’effondrement de la demande et la saturation des capacités de stockage. En d’autres termes, il suffit d’avoir un bateau pour se servir à volonté. Le fournisseur pourrait même donner à l’acheteur quelques 9 dollars par baril en guise d’encouragement. Du jamais vu !

Pour la première de son histoire, le brut américain est passé sous la barre des… 0 dollar. Dans la soirée, le baril de WTI s’échange à près de -9 dollars. Concrètement, cela veut dire que les producteurs payent 9 dollars pour donner leur baril de pétrole. Jamais dans l’histoire de l’or noir, un baril est tombé en territoire négatif sur les marchés à terme. Cette chute est essentiellement due à l’expiration des contrats pour livraison en mai ce mardi, mais elle souligne les vents contraires que doit affronter le marché pétrolier.

L’or noir subit de plein fouet l’effondrement de la demande en raison des mesures de confinement pour endiguer la propagation du coronavirus. Selon les premières estimations, la consommation de pétrole dans le monde a chuté de 20 millions de barils par jour (mb/j) et jusqu’à plus de 30 mb/j pour les plus pessimistes. Avant la pandémie, le marché tournait autour des 100 mb/j.

Où stocker ?

A ce choc de demande s’ajoute une quasi- saturation des capacités de stockage . Le monde déborde d’or noir à ne plus savoir quoi en faire. N’importe quel oléoduc ou tanker en mer est utilisé comme réserve de pétrole. Les prix de location des navires ont d’ailleurs flambé passant de 30.000 dollars par jour à plus de 150.000 dollars.

Selon le relevé de l’administration américaine de l’information sur l’énergie, les stocks de brut de la plus grande économie mondiale ont augmenté de 19,25 millions de barils la semaine dernière. Le grand hub à Cushing dans l’Oklahoma est au bord de la saturation. Les réserves s’élèvent à 55 millions de barils alors qu’il n’y a de la place que pour 76 millions de barils.

Les infrastructures de stockage outre-Atlantique sont si pleines que certains producteurs texans vendent leur baril pour 2 dollars, selon les données de Bloomberg. On pourrait même en voir certains payer pour se débarrasser . « Il n’y a plus de limite à la baisse quand les stocks et les oléoducs sont pleins. Des prix négatifs sont possibles », a mis en garde Pierre Andurand, gérant d’un influent hedge fund sur le pétrole. « Je ne dis pas que cela va arriver. Et si c’est le cas, ce sera éphémère », a-t-il précisé sur Twitter.

Cette situation n’est pas totalement inédite : lors de l’explosion de la production autour des années 2010 avec la révolution du schiste, les prix sur le marché physique avaient atteint des niveaux extrêmement bas. Les exportations d’or noir étant interdites, les stocks s’étaient remplis à grande vitesse. Comme aujourd’hui, les producteurs vendaient le pétrole à n’importe quel prix pour éviter de fermer leurs puits, une opération coûteuse.

Ecarts de prix

En attendant, « de tels niveaux de prix obligent à des fermetures et entraînent des pertes d’emplois. Les opérateurs tentent de réduire les coûts pour faire face à cet environnement de prix bas », explique Rystad Energy dans une note. Selon le dernier décompte de Baker Hughes, le nombre de puits de forage a chuté de 66 unités la semaine dernière, la plus forte baisse hebdomadaire depuis 2015.

Les tensions sur le stockage aux Etats-Unis expliquent la hausse de l’écart de prix entre le brent, référence européenne, et le WTI. Ce lundi, il a atteint plus de 16 dollars, au plus haut depuis 2013, mais loin du record de 2011 à 27 dollars. Comme les contrats arrivent à expiration ce mardi, les investisseurs ne veulent plus en acheter de peur de recevoir une livraison sans pouvoir la stocker. Le spread pourrait diminuer aussitôt que la bascule vers les contrats pour juin sera réalisée.

En route pour les 10 dollars

Une remontée des prix à court terme est improbable. Les analystes de MFUG anticipent d’ailleurs des prix proches de 20 dollars pour le brent et à près de 10 dollars pour le WTI dans les semaines qui viennent. Un avis que partage Rystad Energy : « Comme toujours, on verra des hauts et des bas, mais la tendance sera sans aucun doute à la baisse. Du moins jusqu’à ce que des nations viennent en aide à l’Opep et à ses partenaires en réalisant des réductions substantielles. »

Un accord portant sur une réduction de production de 10 millions de barils par jour a été trouvé et signé le 12 avril par l’Opep et ses partenaires. Mais celui-ci n’entrera en vigueur que le 1er mai et n’a semble-t-il pas convaincu les marchés, qui considèrent que les réductions promises ne suffiront pas à compenser la chute massive de la demande provoquée par la pandémie.

Avec Les Échos 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s