7 October 2021

Football: L’entraîneur du Horoya persona non grata en Ligue des champions africaine

By La Redaction

Le football guinéen est loin de voir le bout du tunnel. Encore une grosse gifle vient de se produire au sein de notre football. À la suite de la requête introduite par le Horoya AC auprès de la CAF pour une dérogation spéciale en faveur de l’entraîneur Lamine N’Diaye, un « niet » vient d’être notifié au club de Matam appartenant à l’homme d’affaires guinéen Mamadou Antonio Souaré.

En fait, conformément aux critères d’exigences de la CAF par rapport aux entraîneurs, Lamine N’Diaye ne détient pas la licence A CAF, l’équivalent de l’UEFA Pro. En conséquence, il ne doit pas être sur le banc de touche durant les matchs du Horoya en Ligue des Champions saison 2021/2022. Ce qui est écœurant et même scandaleux dans ce dossier, c’est l’amateurisme avec lequel ce club a géré cette affaire. Comment peut-on prétendre remporter un titre continental avec une telle incompétence notoire de l’administration et du propriétaire du club ? Dans la conquête d’un résultat sportif, c’est le professionnalisme dans les plus petits détails qu’il faille réunir pour atteindre l’objectif.

Avec cette situation, les résultats en dents de scie du Horoya ne surprennent guère. Globalement, c’est une interpellation à la Fédération Guinéenne de Football de se pencher sur l’épineuse question de formation des cadres et des entraîneurs tout grade confondus Comment se fait-il qu’un pays aussi footballistique que le nôtre n’ait qu’un seul entraîneur titulaire de la licence A CAF en l’occurrence Lappé Bangoura. Quand on vous dit que la fédération guinéenne de football est gérée par amateurisme et favoritisme, des vautours et autres cireurs de bottes, sont prêts à bondir pour nous dire le contraire.

Le président Antonio Souaré n’aime pas l’excellence, la compétence et la rigueur dans le travail. Il passe le clair de sa journée derrière son ordinateur portatif à bavarder, à faire rire les visiteurs et à se vanter d’avoir fait ceci ou cela pour le football guinéen.

Rien au bout du rouleau ! Alors qu’en réalité, son bilan est loin d’être élogieux et vu la prestation du Syli national dans les éliminatoires de la coupe du monde, l’on peut aisément se rendre compte de l’amateurisme et de l’incompétence avec lesquels il dirige le football guinéen. Il est temps d’arrêter cette gestion calamiteuse de notre football et engager des réformes administratives profondes au sein de la Féguifoot. En attendant, l’entraîneur de Horoya AC, Lamine N’Diaye va suivre les matchs du club dans les tribunes.

Aboubacar Soumah Depuis Paris