15 November 2021

Grève à UMS-SMB-WAP : Fadi Wazni, de retour à Conakry, face à la colère des grévistes à Boké !

By La Redaction

Revenu à Conakry par son avion privé le dimanche, 14 novembre, après plus d’un mois à l’étranger, le richissime homme d’affaires libanais Fadi Wazni, est à son bureau de Kaloum depuis ce matin pour prendre les nouvelles de Boké, où les travailleurs d’UMS-SMB-WAP sont en grève depuis le lundi, 8 novembre.

Les négociations étant bloquées entre son directeur général adjoint, Mohamed Bennani, le directeur des ressources humaines, Balla Camara et les grévistes, tous les regards sont désormais tournés vers Fadi Wazni, le fondateur d’UMS.

Après plus d’une semaine de tension, de mésentente et de menace, les travailleurs de la société UMS-SMD-WAP maintiennent leur mot d’ordre de grève jusqu’à l’obtention générale de leurs revendications salariales.

Jouant toutes les cartes pour tenter de dissuader les grévistes, la direction de UMS-SMB-WAP a jeté tout son dévolu le week-end dernier sur le SOTIKEMO de Boké pour mettre fin à la grève, mais en vain.

Les travailleurs ont exigé le retour du grand patron d’UMS, Fadi Wazni pour reprendre les négociations avec ce dernier qui leur garantirait leurs emplois et éviter des règlements de compte après leur mouvement de grève.

Le collectif pour la défense des intérêts des travailleurs des mines de Bokè, aurait appris le week-end dernier qu’un plan de déstabilisation machiavélique de la société UMS-SMB-WAP, initié par certains proches de Fadi Wazni, est en cours au sein de la boîte pour lui faire porter le chapeau.

Ces patrons ont infiltré des taupes en leur sein afin de créer des troubles et causés des casses et des dégâts importants au sein de la société.

Le collectif pour la défense des intérêts des travailleurs des mines de Boké, invite donc tous les travailleurs-grévistes à la vigilance et à la retenue pour éviter de s’associer à ces malfrats infiltrés pour saboter leur digne mouvement de grève.

La grève étant légale en République de Guinée, est un droit accordé à tout travailleur pour exprimer son désarroi ou désaccord à son employeur.

Le SOTIKEMO de Boké, sollicité pour résoudre la crise au sein de la société, a exigé aux grévistes de reprendre le travail pour ne pas faire fuir les investisseurs qui n’auront plus le courage d’investir en Guinée.

Le vieux sage, comme bien d’autres sages à Boké, ont eu du mal à se faire entendre puisque selon les grévistes la corruption est telle dans la région que même les sages n’échapperaient pas.

Plusieurs avantages sont accordés au Sotikemo, notamment des vivres, matériels et des camions pour leur permettre de soutenir à chaque grève la société UMS-SMB-WAP contre les éventuels grévistes.

Tout cela s’effectue au détriment des pauvres travailleurs qui sont très mal traités et vivent dans une précarité absolue.

En maintenant leur mouvement de grève, les travailleurs exigent enfin le départ non négociable de trois responsables à UMS-SMB-WAP

Il s’agit de Thierno Saadou Tall, responsable Projet Boké, Moussa Doumbouya, responsable Transport Bauxite Boké, Yacine H, coordinateur QHSSE Boké.

Ils solliciteraient enfin l’implication personnelle du Colonel Mamadi Doumbouya et le CNRD pour résorber la crise à UMS-SMB-WAP.

Aux dernières nouvelles, le milliardaire libanais Fadi Wazni est attendu urgemment à Boké pour rencontrer les grévistes afin de trouver une sortie amiable à la grève.

Ibrahima Sory Diallo Dbeck