17 February 2022

Face à la junte, Dalein est ferme : “Je n’occupe pas un bâtiment du patrimoine public”

By La Redaction

Sommé de libérer sa résidence privée située à Dixinn d’ici le 28 février, Cellou Dalein Diallo a brisé le silence ce jeudi 17 février lors d’un point de presse qu’il a animé au siège de son parti à la minière. Le président de l’UFDG dit à qui veut l’entendre qu’il a acquis ce domaine dans les règles de l’art. Extraits !

“Je considère que le patrimoine bâti s’est trompé parce qu’il parle des biens de l’Etat, ce qui n’est pas mon cas. J’ai tous les papiers mettant en évidence ma propriété. Pour moi, c’est une erreur qu’il ne tardera pas à rectifier. Parce que c’est le même patrimoine bâti qui a délivré la quittance libératoire ayant permis la mutation en ma faveur. Il est mieux placé pour savoir que ce bâtiment n’appartient plus au patrimoine public. Je lui ai écrit pour lui rappeler ça. Je pense que c’est une erreur, si ce n’est pas le cas, j’aviserai.

Donc, pour moi, jusqu’à preuve du contraire, c’est une erreur. Je ne suis pas concerné Je n’occupe pas un bâtiment ou un terrain du patrimoine public.

Je ne suis pas concerné, c’est un bien privé que j’ai acquis dans la transparence et dans le respect strict de toutes les règles et les procédures en vigueur. Peut-on dire que le président Conté n’avait pas le droit ? Peut-être. Je ne suis pas sûr si on peut contester au président Sékou Touré d’avoir attribué des terrains et au président Conté d’en avoir fait dans le domaine privé de l’Etat.

 Nous sommes dans un quartier populaire. Nous avons connu deux régimes. Il y avait le régime socialiste où la terre appartenait à l’Etat. Ce sont les préfets, les gouverneurs, le président, qui attribuaient les terrains. Après nous sommes passés à la propriété privée de la terre grâce au code foncier et domanial élaboré en 1987. A partir de là, l’Etat reconnaît la propriété privée de la terre. Mais l’Etat a des domaines privés qu’il peut céder à sa guise. Il y a les domaines publics et les domaines privés.

Lorsque le président de la République cède un terrain privé de l’Etat, il autorise la vente au prix du marché, c’était mon cas. J’ai acheté (le terrain) au prix du marché. On peut toujours dire c’est parce que je suis ministre, mais je suis citoyen avant d’être ministre. A combien de personnes ou de citoyens il a donné, je ne sais pas en tant que citoyen on te donne l’autorisation d’occuper où d’acheter un terrain qui relève du domaine privé de l’Etat. 

Pour moi, c’est une erreur de dire que le bâtiment que j’occupe fait partie du patrimoine bâti public. J’attire leur attention, je suis persuadé, s’ils sont de bonne foi, qu’ils ils comprendront.”

Avec visionguinee.info