10 April 2022

Saïd Djinnit à propos de la junte en Guinée : « l’équipe au pouvoir semble vouloir se pérenniser »

By La Redaction

Dans une interview qu’il a accordée à l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique le samedi 09 avril 2022, Saïd Djinnit qui a décrypté plusieurs sujets d’actualité s’est prononcé sur la transition en Guinée.

L’ancien représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest, porte un regard sceptique sur la conduite de la transition par le colonel Mamadi Doumbouya et accuse les militaires de vouloir se pérenniser au pouvoir.

«Je note qu’il n’y a pas de visibilité quant à la transition, pas de feuille de route. L’équipe au pouvoir semble vouloir se pérenniser. Ce régime militaire est une mauvaise solution à un vrai problème. Pour moi, la transition doit être la plus courte possible», a fait savoir le haut fonctionnaire onusien.

A la question, la junte estime que la transition doit prendre le temps de refonder les institutions…, M. Djinnit répond : «Je n’accepte pas cet argument. Pourquoi ce travail ne pourrait pas être fait par un président élu ? Ce n’est pas la vocation de l’armée de traiter ces questions éminemment politiques. C’est aux partis, à la société civile, d’activer ce genre de réformes. Le cas contraire revient à prendre la démocratie en otage », a juré le diplomate algérien.

Jeune Afrique l’interroge : Soupçonnez-vous les militaires de vouloir se maintenir au pouvoir le plus longtemps possible ? «Tous les leaders qui ont émergé des coups d’État à qui j’ai eu affaire dans ma vie veulent rester le plus longtemps possible au pouvoir avant d’organiser les élections. Ils ont tous leurs arguments, mais je ne suis pas dupe. Vous faites un coup d’État, et vous voulez créer vous-même les conditions pour qu’il n’y ait plus jamais de coup d’État dans votre pays ? C’est le serpent qui se mord la queue. Un non-sens politique», a répondu Saïd Djinnit.

L’ancien facilitateur du dialogue inter-guinéen en 2013 juge nécessaire la nomination d’un médiateur en Guinée.«À défaut d’avoir consensus sur un médiateur national, il est important de trouver une personnalité qui bénéficie de la confiance des deux camps», a-t-il suggère. Clicsur le lien de Jeune Afrique.

Focus de guinee7sur7.org